lundi 14 novembre 2016

Carnet de notes de mon oncle, Jean-Louis Desbat (1951-1971)

*Maurice Barrès:

"Pour moi, la littérature, c'est de hausser à une vie personnelle et supérieure, de libérer des êtres et de les diriger. Il s'agit d'aller à la conquête des âmes."

"Un homme d'esprit se fait toujours quelques satisfactions, fût-ce à être très malheureux."

"Ce qui est doux, mystérieux et regrettable dans l'appétit d'amitié, c'est les premiers moments qu'elle s'éveille, alors que les parties se connaissent peu et se prisent fort, qu'elles sont encore polies et ne se piquent point de franchise."

"Il comprit qu'il s'était sali parce qu'il s'était abaissé à penser à autrui."

"Sa jeunesse comprit les suprêmes assoupissements et combien tout est gesticulation. Flottantes images de ce bonheur."

"Or son amour, il l'avait fait lui-même et de sa substance; il aimait de cette façon, parce qu'il était lui, et tous les caractères venaient de lui, non de l'objet où il la dispersait."

"L'harmonie où j'atteins ne me survivra pas. J'aime parce qu'il me plaît d'aimer et c'est moi seul que j'aime, pour le parfum féminin de mon âme. Ah qu'elle vienne aujourd'hui la femme! Je défie ses charmes imparfaits."

"Il est cruel et inutile de rompre l'harmonie d'un esprit, les plus beaux caractères sont faits du développement logique de leurs illusions."


Maurice Barrès

* Aussi, las et désespéré de ne s'être plus rien de neuf, il détesta de vivre parce qu'il ne savait pas de façon précise se construire un univers permanent.

* Mais elle le regarde avec une gravité subite, avec des yeux plus beaux que jamais, et il aspire à dominer le monde pour mépriser tout et tous, et que son mépris soit évident.

* Ayant dressé ce que vous êtes et ce qu'il vous faut devenir, vous posséderez la formule précise de votre conduite.

* Tenez encore pour certain que vos affaires ne poignent pas plus les autres que les leurs ne vous font, et que si vous bornez votre rôle à écouter chacun en tête à tête et à le révéler à soi-même, on vous goûtera infiniment.

* Certes il estimait que sa vie, pour ceci et cela, pouvait paraître enviable, mais il méprisait les âmes médiocres qui peuvent se satisfaire pleinement.

* Ce n'est donc pas que je m'admire tout d'une pièce, mais je me plais infiniment.

* Ces illustres esprits, au moins tels que je les fréquente, sont des fragments de moi-même. De là cette ardente sympathie qu'ils m'inspirent. Sous leur masque, c'est moi-même que je vois palpiter, c'est mon âme que j'approuve, redresse et adore. Leur beauté peu sûre me fait entendre des fragments de mon dialogue intérieur, elle me rend plus précise cette étrange sensation d'angoisse et d'orgueil dont nous sommes traversés quand, le tumulte extérieur apaisé quelques moments, nous assistons au choc de nos divers moi.

* Je me plais à avoir un caractère passionné et à manquer de bon sens le plus souvent que je pense.

* Quelques débauchés se plaisent à abuser de leurs forces, non pour augmenter l'intensité ou la quantité de leurs sensations, mais parce que, nés avec des instincts romanesques, ils trouvent un plaisir vraiment intellectuel, plaisir d'orgueil, à sentir leur vie qui s'épuise dans des occupations qu'ils méprisent.

* Ta jeune hystérie se plaisait dans la souffrance, l'humiliation fit ton génie, ton erreur fut de chercher l'amour sous forme de bonheur. Il fallait persévérer à le goûter sous forme de souffrance puisque celle-ci est le réservoir de toutes les vertus.

Jean-Louis Desbat (1951-1971)



*Jaime Torrès-Bodet, directeur de l'UNESCO (1950), traduisant le message le plus profond de Descartes:

"La vérité ne saurait être obtenue que par un homme qui sait d'abord se rendre maître de lui-même et se définir comme esprit en face d'un monde matériel qu'il domine en le comprenant."


*Descartes:

"Je suis une chose qui pense, c'est-à-dire qui doute, qui affirme, qui connaît peu de choses, qui en ignore beaucoup, qui aime, qui hait, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi, et qui sent."












René Descartes


*Pascal:

"C'est être bien malheureux que d'être dans une tristesse insupportable, aussitôt qu'on est réduit à se considérer, et à n'en être point diverti."

"Nous ne vivons jamais mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais."

"Il faut se connaître soi-même, quand cela ne servirait pas à trouver le vrai, cela sert au moins à régler sa vie et il n'y a rien de plus juste."












Blaise Pascal


*Thomas Mann:

"La morale, la bourgeoisie, la décadence, les trois vont ensemble, mais la musique ne s'y rattache-t-elle pas aussi?"












Thomas Mann


*Nietzsche:

"Une philosophie crée toujours le monde à son image, elle ne saurait faire autrement; la philosophie n'est autre que cet instinct tyrannique, la volonté de puissance sous sa forme la plus intellectuelle, la volonté de créer le monde, d'instaurer la causa prima."

"Pour élever la lecture à la hauteur d'un art, il faut posséder avant tout une faculté qu'on a précisément le mieux oublié aujourd'hui, et c'est pourquoi il s'écoulera encore du temps avant que mes écrits soient lisibles, une faculté qui exigerait presque que l'on ait la nature d'une vache et non point en tous les cas celle d'un homme moderne, j'entends la faculté de ruminer..."

"Un artiste n'a pas seulement à sa disposition sa propre intelligence, mais aussi celle de ses amis."












Friedrich Nietzsche


*Paul Valéry:

"La plus grossière des hypothèses est de croire que Dieu existe objectivement, le culte que nous lui devons, c'est le respect que nous devons à nous-même, la recherche d'un dieu pour notre force est dans la direction de nos aptitudes, en deux mots Dieu est notre idéal particulier."












Paul Valéry


*André Gide:

"Et vous êtes semblables, objets de nos désirs, à ces convictions périssables qui, sitôt que les doigts les pressent, n'y laissent plus que de la cendre..."

"Je vous plains si vous sentez en vous de quoi haïr, je ne hais que cette triste morale."

"Que l'importance soit dans ton regard, non dans la chose regardée."

"Ce que l'on sent en soi de différent, c'est précisément ce que l'on possède de rare, ce qui fait à chacun sa valeur."












André Gide


*Barbey d'Aurevilly:

"Du moins pour moi, je n'ai jamais pu voir une fenêtre éclairée la nuit, dans une ville couchée par laquelle je passais, sans accrocher à ce cadre de lumière un monde de pensées, sans imaginer derrière ces rideaux des intimités et des drames, et maintenant oui, au bout de tant d'années, j'ai encore dans la tête de ces fenêtres qui y sont restées éternellement et mélancoliquement lumineuses, et qui me font dire souvent, lorsqu'en y pensant je les revois dans mes songeries, qu'y avait-il donc derrière ces rideaux?"

"Elle n'était pas assez près ou assez loin de moi dans la vie pour qu'elle pût m'être quelque chose."

"Ce dîner me donna la sensation d'un de ces bains insupportablement brûlants d'abord, mais auxquels on s'accoutume et dans lesquels on finit par se trouver si bien, qu'on croirait volontiers qu'un jour les damnés pourraient se trouver fraîchement et suavement dans les brasiers de leur enfer, comme les poissons dans leur eau!..."

"Est-ce que le sentiment de la curiosité chez les femmes n'est pas aussi intense que le sentiment de l'adoration chez les anges?"












Barbey d'Aurevilly



*Oscar Wilde:

"L'appellation de livre moral ou immoral ne répond à rien, un livre est bien écrit ou mal écrit, c'est tout."

"Le vice et la vertu sont pour l'artiste la matière de son art."

"En réalité, c'est le spectateur et non la vie que l'art reflète."

"Mais vous, Harry, parce que vous avez le rang et la richesse, et moi pour ce qui a pu m'échoir d'intelligence et de talent, et Dorian Gray, à cause de sa rare beauté, nous aurons tous les trois à souffrir, et à souffrir terriblement, des présents que nous ont faits les dieux."

"Le naturel aussi est une pose, et la pose la plus agaçante de toutes."

"Quelque chose me disait qu'une crise imminente et redoutable allait troubler ma vie. J'avais cette étrange sensation que le destin venait à moi, porteur de joies exquises et d'exquises douleurs."

"Le modèle n'est qu'un hasard et qu'un prétexte, ce n'est pas lui qui se trouve révélé par le peintre, c'est le peintre qui se révèle lui-même sur la toile qu'il colorie."

"Se développer soi-même, tel est le but de la vie, c'est pour s'épanouir pleinement que chacun de nous est ici-bas."

"Il n'existe pas de bonne influence, toute influence est immorale, oui scientifiquement immorale, parce qu'influencer quelqu'un, c'est lui donner son âme."

"Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder."

"Oui, certaines heures de son enfance lui étaient restées longtemps incompréhensibles, il les comprenait maintenant, tout à coup la vie prenait à ses yeux des splendeurs embrasées, à travers quelles flammes il avait marché, et comment n'en avait-il pas eu conscience?"

"Puis soudain, quelqu'un avait croisé sa route et lui avait découvert le mystère de la vie."

"C'était un jeu captivant à l'extrême que d'exercer ainsi son influence, existait-il volupté comparable? Projeter son âme dans une forme gracieuse et la laisser s'y fixer un instant, émettre ses propres idées pour qu'un écho vous les renvoie, accompagnées de l'exquise musique de la jeunesse et de la passion."

"Les femmes nous inspirent des chefs-d'oeuvre qu'elles nous empêchent toujours de réaliser."

"A l'homme qui veut faire de la vie un art, le cerveau tient lieu de coeur."












Oscar Wilde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire