jeudi 24 mars 2011

Une étude sur la description du japonais (deuxième partie), par Maud Lemaître, Mouloud Hira et Paul-Eric Langevin


Une étude sur la description du japonais (deuxième partie)
       
Par : Maud Lemaitre, Mouloud Hira, Paul-Eric Langevin

Dans le souci d'éclaircir les données déjà à notre disposition, nous avons décidé de reprendre un certain nombre des données déjà organisées dans le compte rendu du 15/02 et de les modifier avec la nouvelle notation.

1-Inventaire des sons du japonais rencontrés jusqu'à maintenant:

Éléments prosodiques:

 Le ton haut de la voyelle sera à présent marqué par une majuscule sur la voyelle concernée.
 Le ton bas de la voyelle ne sera plus marqué (les voyelles basses seront donc en minuscules).

Ex : [Akikowanemuru]
      le A de Akiko est haut, le reste des voyelles sont sur le même ton bas.

Rappel pour la notation : dans un souci d’économiser le matériel de notation utilisé dans la transcription du japonais et d'en faciliter la lecture, nous avons admis que la différence entre [e] et [E] était très peu pertinente ce qui nous a permis de réduire l’utilisation majuscule et minuscule, de la lettre {e} pour ces deux sons à une seule forme [e]. Un travail similaire a été effectué,  [u] et [ə]  seront dorénavant transcrits [u]

[e] et [E] sont réduits à [e] que l’on prononcera «et» en ayant conscience que le même signe puisse réfère aussi à une voyelle un peu plus basse comme dans « est ». 

[u] et [ə] sont réduits à [u] que l’on prononcera « ou » mais sans arrondir les lèvres.
Le ton haut sera indiqué par des lettres en majuscules et le ton bas par des lettres en minuscules.

Application sur la liste déjà établie :

-Voyelles:

i/I         [Akiko]                         comme dans  « nid ».
e/E       [nemure]         comme dans “dé”
            [manabe]        
u/U       [nemuru]         (son absent en  français :
            [manabu]         un [u] moins arrondi qu'un “ou” français : voyelle haute centrale non arrondie)
o/O      [Akiko]             comme dans « pot ».
a/A       [Akiko]             comme dans « natte ».

-Voyelles longues:

e:         [dAnse:]
o:         [So:nem]                           ->revoir ce mot, apparamment ce n'est pas [So:nem] mais [So:nen]

-Glides (semivoyelles):

w          [wata$iwamanabu]      comme dans « noix ».

-Consonnes:

b          [manabe]                    comme dans « bas ».
t           [anAta]                                    comme dans « tas ».
d          [dAnse:]                      comme dans « dé ».
k          [kanodZo]                   comme dans « clé ».
g          [ohaiogozaimas]          comme dans « gant ».
s          [dzose:]                       comme dans « sac ».
z          [ohaiogozaimas]          comme dans « oiseau ».
$          [$O:Zo]                                    comme dans « chat ».
dz         [dzose:]                      comme dans « jeans ».
m         [nemuru]                     comme dans « miel ».
n          [nemuru]                     comme dans « nez ». 
r           [kAre]                          comme dans l'espagnol «cara ».
h          [ohaiogozaimas]          comme dans l'anglais « house ».
t$         [watAt$itat$i]               comme dans “tchat”

Un problème apparait quand on isole les mots des phrases pour savoir où se place la faille. Le mot ne se comporte pas isolément comme dans la phrase complète : où placer la faille?

Ex : kArErawanemuru
       kAre
Ex : Akiko
       akikoomiro

L'écrasement que l'on a établi entre les sons M et @ , e et E n'était pas pertinente : -morphologiquement ? (est ce que ce sont des morphèmes?)
-phonologiquement ?
-étaient- ce simplement des sons différents (niveau phonétique) ?

DEVOISEMENT D'UNE VOYELLE (NIVEAU PHONOLOGIQUE)

watat$itat$i         [watat$itat$i] : dévoisement de la voyelle en gras.

Comparaison avec  « je sais pas » et [$epa] en français où une partie de l'énoncé est tronqué.

2.LEXIQUE

« bonjour »                     ohaiogozaimas

Liste des noms rencontrés :

«Garçon(s)»                     $O:nem
«Fille(s)»                          $O:dZo
«Enfant(s)»                      kodomo
«Homme(s)»                    danse:
«Femme(s)»                    dZose:
«Akiko» (Prénom)            Akiko
“Sense”                            Professeur

Liste des pronoms :

“je (fille, femme, homme)                                        [wata$i]
«Je» (Garçon)                                                         [boku]
«Tu/toi»                                                                   [anata]
«Il»                                                                          [kAre]
«Elle»                                                                      [kAnodZo]
“Nous”                                                                     [wata$itat$i]
“Vous”                                                                     [anatatat$i]
“Ils”                                                                           [karera] 
“Elles”                                                                       [kanodZotat$i] 

On pouvait s'attendre à une formation régulière des pronoms du pluriel à partir des pronoms singuliers par l'ajout de [-tat$i]. En revanche pour la troisième personne du masculin pluriel, il semble qu'il y ait une forme préférable qui soit [karera], bien que la forme qui apparaissait comme régulière existe [karetat$i]. Tous les autres pronoms pluriel peuvent finalement se former aussi avec le suffixe [-ra] donc  [wata$ira]  [anatara] et [kanodZora] sont également possibles. On a donc deux pluriels possibles, avec une forme qui semble nettement préférentielle à l'usage, celle indiquée dans la liste ci dessus.

La distinction à la première personne de  singulier entre le “je” pour une fille, une femme, un homme :  [wata$i] et le “je” pour le garçon [boku] semble ne pas exister au pluriel.

Dans la plupart des langues, le nous est une personne très différente du je. “ILS” pluriel réfère à “plusieurs IL”, “VOUS” au pluriel réfère à “plusieurs TU”, en revanche, “NOUS” réfère rarement à “plusieurs JE”mais plutôt “JE +TU  + TU...” voire “+ LUI”, or le système de formation des pronoms en japonais semblerait placer “NOUS” comme “plusieurs JE”

Remarque : Le système des pronoms japonais est à peu près similaire à celui du français. Il spécifie la personne le nombre, et le genre pour certain pronom, notamment à la troisième personne. On n'a pas encore rencontré de déterminant. Si les pronoms servent à placer l'autre ou les autres par rapport à soi, s'ils servent à faire des anaphores dans un discours, comment situer un objet par rapport à soi. On a vu qu'il n'y avait pas de déterminant exprimé pour une différence entre un objet déterminé et un objet non déterminé (dZose: une / la femme).

Proposition : tenter de voir s'il existe des pronoms possessifs qui permettent de placer le possesseur par rapport à l'objet. De plus, on  a vu que les noms et les verbes ne marquaient pas le pluriel. En revanche, il existe des pronoms pluriels.

Liste des verbes

Ne sachant pas la forme de citation des verbes, on a choisi de les présenter dans la forme du présent.

nemuru       dormir
manabu      étudier
miru            voir / regarder

Remarque : le nombre ne semble être marqué ni sur le sujet, ni sur le verbe.
Ainsi $o:dZo wa  nemuru est une phrase qui signifie autant la fille dort que les filles dorment.

Remarque : le verbe  [miru] semble ne pas distinguer sémantiquement les manières passive et active comme voir et regarder en français. On pourrait tester avec d'autres exemples  (écouter et entendre pour prendre un exemple un peu simple)   

2-Flexion verbale (marquage temporel)

petit lexique de notation : pro = pronom
                                          sg = singulier
                                          nom. = nominatif (cas pour le sujet)
                                          acc. = accusatif    (cas pour l'objet)
                                          vb = verbe

Remarque : L'ensemble des mots rencontrés sont répertoriés dans le lexique. La phrase est accompagnée d'une analyse qui précise lexicalement le mot, ainsi que des indication grammaticales (le temps, le mode ou le cas). Les espaces sépare le nom et son cas, les espaces plus grands séparent les groupes selon leur fonction dans la phrase. Une traduction en français ne sera plus donnée.

1)Présent

wata$i     wa     mIru                      
pro.1 sg    nom.   voir présent                                     

$o:dZo wa    nemuru                     
           fille       nom. dormir présent

Akiko wa    nemuru                             
Akiko nom. dormir présent

           Akiko wa     manabu                        
Akiko nom.  étudier  présent                                      

2)Présent avec sujet et objet direct

Akiko wa    $O:nem  o       mIru              
Akiko nom.  garçon acc.       voir présent

$O:nem wa     Akiko o      mIru               
garçon   nom.   Akiko acc.   voir présent

3) Passé
          
          Akiko wa    SO:nem o       mIta                 
          Akiko nom.  garçon    acc.    voir passé

           
4)  Impératif

nemure                                                
dormir impératif                                                                     

miro                                                       
voir/regarder impératif                                                


5)  Impératif avec objet direct

 Akiko  o      miro                                    
            Akiko  acc.  vb impératif

-Le présent:

Hypothèse : La terminaison [u] sur les verbes semble être la marque du présent en japonais. 

Remarque :

Akiko wa    nemu-ttei-ru   (nemuru-> nemutteiru)
akiko nom. Vb présent

Hypothèse : On retrouve ce qui serait la base du verbe (?) ainsi que la marque du présent (?) et on remarque une forme infixée placée entre [nemu] et [ru]. En cours avait été émise l'hypothèse d'une marque de présent progressif.

-Le passé:

Hypothèse : forme du passé : [-ta].

Akiko wa     $O:nEm O     mItA
akiko  nom.   garçon     acc.  voir passé
                   
-L’impératif:

  nemure  
  dormir impératif

  miro
  regarder impératif

  Akiko wA ta$i   o     miro                          
  Akiko pro.1 sg   acc.  voir impératif

Remarque : Au niveau prosodique, on observe qu'il n'y a pas de faille

On peut parler d'une alternance [-e] / [-o]. Est ce imprévisible?

Hypothèse1 (du compte rendu précédent) :
La marque de l'impératif est liée à la classe du verbe (comme en espagnol par exemple).

Hypothèse 2 :
La marque de l’impératif est liée au contexte d’énonciation.

On pencherait plutôt pour l'hypothèse n°1 : question rediscutée en cours, voir si ça se confirme par la suite.


3) Flexion nominale - Marquage casuel

-En admettant -wa comme une marque de nominatif.
           
            Akiko    wa    nemuru
           Akiko    nom.  dormir présent                          
          
           Akiko    wa   manabu                                   
                        Akiko    nom. étudier présent

Rappel : L'hypothèse que -wa appartienne au verbe a été rejetée car [wa] n'est pas présent dans la forme d'impératif (ex :  miro). De plus, un groupe peut être inséré entre [wa] et le verbe.
 (ex :  Akiko wa $O:nem o mIru)

-En admettant -o comme une marque d'accusatif.

                 Akiko  wa  $O:nem  o     mIru
                Akiko  acc.  garçon     acc.  voir présent        
  
                 $O:nem wa    Akiko  o      mIru           
                 garçon  nom.   Akiko   acc.  voir présent

Rappel : [o] pourrait appartenir au verbe, mais son absence à l'impératif semble le démentir
(ex :  miro)

Question :
A priori, l'ordre des constituants est sujet objet verbe (SOV) . En admettant que  -wa est la marque du nominatif et -o celle de l'accusatif, une inversion sujet objet est-elle possible?
Si oui,change-t-elle le sens de la phrase? Ex :   Akiko  o  $O:nem   wa  mIru
dit autrement : l'ordre des constituants est-il libre?

STRUCTURE DE LA PHRASE

Akiko    wa            nemuru
akiko+wa : sujet      verbe dormir présent (indicatif)

Akiko  wa           $O:nem  o                    mIru
akiko+wa : sujet  garçon+o : objet direct     verbe voir présent (indicatif)

Akiko  o                       miro
akiko+o : objet direct     verbe voir présent (impératif)

On retrouve dans chacune de ces trois phrases une structure plus ou moins identique : le verbe est en fin de phrase, l'objet s'il est présent se trouve à gauche du verbe et le sujet est en tête de phrase.
Si -wa et -o sont effectivement des marqueurs de cas, il serait alors intéressant d'introduire dans la phrase d'autres éléments, comme une indication de lieu, par exemple, pour voir tout d'abord le marquage casuel que l'élément engendrerait, et pour voir à quel endroit il viendrait se placer dans la phrase.

4) Prosodie: l'intonation.

Soit la « faille intonative », placé sur une voyelle.
Soit l'hypothèse qu'une faille ne peut avoir lieu qu'une fois (montée ou descente) par groupe syntaxique. Dit autrement : un même groupe syntaxique ne peut pas supporter deux changements de ton.     
                   Ex1 : $o:dzo wa  nemuru
                    aucune faille               
                  
                   Ex2:  Akiko  / kAre
                   une faille dans le mot : une descente
                
                   Ex3:   Akiko wA nemuru        /        $o:nem wA manabu
                   une faille sur le nom, une sur le cas, l'ensemble du verbe est à la même hauteur
               
                   Ex4 : Akiko wa   $O:nEmO      miru
                            Akiko nom. garçon acc       voir présent
une faille dans le nom sujet, le reste du sujet et le cas (nom.) sont à la même hauteur, une montée sur l'ensemble de l'objet (cas inclus), une faille sur le verbe : deux descentes, une montée.
               
                   Ex5:   Akiko wa     $O:nEmO    mItA
                          akiko nom.   garçon  acc    voir passé
une faille dans le groupe sujet une montée sur l'ensemble de l'objet (cas inclus), et du verbe : une descente et une montée.
                   Ex6:          wAtA$I   wA     mIru
                                     pro 1 sg nom.    voir présent
le groupe sujet (cas inclus) et le début du verbe sont à la même hauteur, la faille passe dans le verbe : une descente.

Jusque là, l'hypothèse est valide : aucune montée et descente dans un même groupe syntaxique.

Remarque :
Dans l'exemple 4, une faille passe dans Akiko, une autre détache l'objet du sujet et du verbe.
Dans l'exemple 5, l'objet et la marque accusatif, et une partie du verbe sont dans la même faille.
Dans l'exemple 6, le pronom sujet, la marque nominatif  et une partie du verbe sont dans la même faille.
Donc la faille ne servirait pas à séparer les groupes syntaxiques.

Remarque : Akiko, quel que soit sa fonction dans la phrase accuse une faille qui descend après le premier A
Ex :  Akiko
        Akiko wa $o:nEm O miru
        $O:nEm wA Akiko o mIru
mais pas dans la séquence akikoomiro...

Rappel : Akiko nous avait dit que le fait de mettre un ton haut sur wA était une marque d'insistance sur le sujet (cf ex. 3).

(remarque de la semaine passée)

On remarque une tendance du ton bas à demeurer bas dans une même séquence, s' il y a déjà eu une descente précédemment. Ex : [Akikowanemuru] ou [anAtawamanabu].

C'est ce qu'on peut constater dans les données de cette semaine :

1.watA$i wa  miru : je vois

2.watA$i wa  nemuru : je dors
3.anAta wa  nemuru : tu dors
4.a. kArE wa nemuru : il dort                         b.  kAre  wa manabu : il étudie
5.watA$itat$i wa nemuru : nous dormons
6.anAtata$i wa nemuru : vous dormez
7.kArEra wa nemuru : ils dorment                                                            
8.kAnOdzOtat$i wa nemuru : elles dorment                                          

Rappel : Soit l'hypothèse qu'une faille ne peut avoir lieu qu'une fois par groupe syntaxique. Dit autrement : un même groupe syntaxique ne peut pas supporter deux changements de ton : ici ce n'est le cas ni dans 2., ni dans 3. ni dans 4b. ni dans 5., ni dans 6., ni dans 7.

On a rapidement dit en fin de cours que si une règle devait être violée en toute conscience, elle était violée à une place visible, c'est à dire sans tenter de se camoufler : à développer.

Hypothèses de la semaine dernière toujours à jour :

Avec une recherche un peu plus approfondie, peut-être pourrions-nous confirmer que le ton est la marque d'un accent lexical (cf remarque Akiko, phénomène un peu similaire mais pas non plus régulier avec $O:nEm et son marquage casuel qui se retrouve souvent en position haute)
 Akiko wa $O:nEm O miru / $O:nEm wA Akiko o mIru  / $O:nem

Pour les mots, est-ce que l'on pourrait établir des paires minimales avec des patrons prosodiques différents (comme en espagnol [ ka'nto] « je chante » vs [ kanto'] « il/elle a chanté »)?
Ceci reste à vérifier avec un mot connu en modifiant le(s) ton(s).

A examiner :

Voici quelques questions qui mériteraient d'être examinées lors des prochaines séances.

Questions posées dans le compte rendu de la semaine dernière toujours en cours :

-L'alternance de la marque de l’impératif est-elle liée au type du verbe?
-Quel est la marque du passé, [-a] ou [-ta]?
-Le ton est-il lexical, c’est-à-dire porté sur chaque mot, ou bien syntaxique? Ou est ce pour marquer une insistance?
-Existe-t-il d’autres cas? On peut faire des tests avec des verbes qui sélectionnent différents cas pour voir s'il en existe d'autres en japonais.


Nouvelles propositions :

-Tenter de voir s'il existe des pronoms possessifs qui permettent de placer l'objet par rapport au possesseur.

-Le verbe  [miru] semble ne pas distinguer sémantiquement une manière passive ou active comme voir et regarder en français. On pourrait tester avec d'autres exemples  ( ex : écouter et entendre )

-A priori, l'ordre des constituants est sujet objet verbe (SOV) . En admettant que  -wa est la marque du nominatif et -o celle de l'accusatif, une inversion sujet objet est-elle possible? Si oui, change-t-elle le sens de la phrase? Dit autrement : l'ordre des constituants est-il libre?
Ex :   Akiko  o  $O:nem   wa  mIru 

-Si -wa et -o sont effectivement des marqueurs de cas, il serait alors intéressant d'introduire dans la phrase d'autres éléments, comme une indication de lieu, par exemple, pour voir tout d'abord le marquage casuel que l'élément engendrerait, et pour voir à quel endroit il viendrait se placer dans la phrase.

-On a rapidement dit en fin de cours que si une règle devait être violée en toute conscience, elle était violée à une place évidente, c'est à dire sans tenter de se camoufler : discussion à reprendre. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire