lundi 29 juin 2015

"Bernard Friot et le salaire à vie", par Rodolphe Sarrouf

BERNARD FRIOT ET LE SALAIRE A VIE, PAR RODOLPHE SARROUF

S’affranchir du capitalisme et non pas mieux vivre malgré lui
Lecture désaliénée du discours classique, Sécurité sociale, salaire à vie
La violence sociale fait partie du vivre ensemble

Déjà là émancipateur, prolongation et généralisation de ce qui existe déjà
Le militantisme connait une sorte d’épuisement
Révolution informationnelle, revenu inconditionnel

Notion de valeur économique à distinguer de la valeur d’usage
Travail abstrait, travail concret, les biens et les services sont utiles
Ce que la monnaie mesure, ce n’est pas la reconnaissance du travail

Vivre ensemble, rapport avec la nature
La convention sociale est le résultat d’une violence
Faire un café, couvrir un toit : valeur d’usage mais pas de valeur économique

Lutte contre la définition valeur économique de la classe dominante
Travail abstrait, travail bénévole
Je ne travaille pas = je n’ai pas d’emploi

Institutions de la classe dominante : le travail se fait dans le cadre d’un emploi selon le système capitaliste, quatre piliers : marché de l’emploi, mesure de la valeur, temps de travail, propriété lucrative, investissements par le crédit, taux d’intérêt

Production de valeur économique, relation micro-économique : le salaire
Apporter un revenu à un propriétaire lucratif : pas de reconnaissance sociale, rapport dominant-dominé, violence sociale dans le capitalisme, rapport similaire avec le chien et son maître

Cadre d’un emploi, propriété lucrative, production de biens ou de services : on en tire un revenu, le cordonnier qui travaille tout seul n’est pas un capitaliste
Propriété d’usage : je suis propriétaire de quelque chose dont je ne tire pas de revenu

Aller vers la gratuité du logement, droit à la propriété dans les droits de l’homme : posséder une propriété lucrative dont on tire un revenu

Emploi assujetti à un employeur : fait fructifier le capital d’un propriétaire lucratif                  
Notion marxiste : mesure de la valeur par le temps de travail
Marchandise capitaliste, définition des notions par la bourgeoisie capitaliste

Temps de mobilisation de la force de travail : temps nécessaire à la reproduction de cette force de travail      Notion marxiste : la survaleur, différence entre le temps de production et le temps contenu dans les biens de production

La mesure de la valeur économique par le temps de travail est une arme capitaliste, les capitalistes veulent réduire le temps de production de notre force de travail
Baisse tendancielle du taux de profit : notion capitaliste

Management, protocoles, procédures, cadres : le temps est totalement modifié dans le système capitaliste par rapport au temps réel de la vie

16-18-20 ans : reconnaissance d’un statut de producteur de valeur économique
La violence sociale ne peut être supprimée mais elle peut être euphémisée

Niveaux de qualification, salaire à vie, propriété lucrative : copropriété des biens de production, pas d’employeur pour lequel on travaillerait, l’investissement sans crédit
Salaire à vie, copropriété , mesure de la valeur par la qualification

Classe capitaliste bourgeoise : la classe du salariat, le marché n’est plus un marché de marchandises capitalistes

Caisses de mutualisation de la valeur ajoutée, redistribution de salaire à vie à tout le monde 
Plus de rapport micro-économique employeur-employé

Possibilité de la création de monnaie par les caisses d’investissement, mutualisation : généralisation de la cotisation, plus de banques dans ce système mais des caisses

Plus de propriété dont on tire un revenu, déjà-là émancipateur
Retraite : on est producteur de valeur économique 

 
BIBLIOGRAPHIE:

Bernard Friot et Patrick Zech, "Emanciper le travail", 2014

Bernard Friot et Anselm Jappe, "Après l'économie de marché, une controverse", 2014

Bernard Friot, "Puissances du salariat", 2012

Bernard Friot, "L'enjeu du salaire", 2012

Bernard Friot, "L'enjeu des retraites", 2010

Bernard Friot, "Et la cotisation sociale créera l'emploi", 1999

Bernard Friot et José Rose, "La construction sociale de l'emploi en France", 1996

Aucun commentaire:

Publier un commentaire